Festival du Lin et de la fibre artistique #2

Au festival du Lin et de la fibre artistique, notre « Suzanne » n’était pas la seule à attirer les regards… Les créations des autres artistes ont aussi connu beaucoup de succès ! Voici nos coups de coeur.

Bien évidemment, le lin était à l’honneur ! On pouvait le retrouver sous toutes ses formes, en tissu, fil, filasse, graines… Et en gerbes pour guider les visiteurs jusqu’aux différents lieux du festival.

Nous avons beaucoup aimé les créations d’Eglantine Bacro en nylon noir, ainsi que celle de Rieko Koga « la forêt d’amour », tout en lin indigo suspendu.

Les robes d’AnnA-BarbarA Aumüller reprenne chacune une technique particulière de la haute couture.

IMG_1316

Frédérique Breuillé crée des « déambulations intérieures », invitant le spectateur à toucher ses oeuvres qui transmettent différentes sensations.

Anne Guibert-Lassalle, Lorena Wowk, Mylène Boisvert, l’association Veules Pratik (dont les membres participent aussi à notre projet Monet !), ainsi que de nombreux autres artistes ont contribué à faire de ce festival un beau moment artistique !

Le clou du spectacle dans ce festival ? Le défilé de mode avec des tenues en lin ! Envie de les contempler ? La suite au prochain épisode !

Revenir en haut de la page

Publicités

La petite bibliothèque #13

Pour continuer à parler textiles mais pour innover quand même,nous vous faisons découvrir ces étoffes belles et raffinées,ces étoffes qui doivent leur nom du fait qu’elles étaient initialement importées des comptoirs des Indes ; les Indiennes de Bolbec

P1690088

Ces toiles peintes,Indiennes ou Perses, répondant aux nom de madras, pékin, gougourans, damas ou cirsacs étaient strictement interdites à l’importation à partir du XXIIe siècle.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, Bolbec fut l’un des centres les plus importants de France pour la production d’indiennes, toiles de coton imprimées utilisées à l’époque dans l’habillement ou l’ameublement. Les motifs imprimés sur ces tissus sont innombrables et variés, souvent dans les tons rouges

P1690089

De page en page,de magnifiques toiles réalisées avec une technique parfaite  et un savoir-faire  unique sont présentées

Splendeur Des Indiennes Bolbecaises, Alain Avenel-Raymond Bernard, Édition Ville de Bolbec, 1996

La petite bibliothèque #9

 

Maintenant que l’on vous a fait découvrir un ouvrage avec 300 points de tricot, on passe aux mailles ! Car oui, si l’on veut faire preuve d’originalité avec un carré pas comme les autres pour le projet « tricote un sourire » il faut tout de même maîtriser quelques techniques !

 

P1690067

Dans cet ouvrage, Il ne s’agit pas d’un livre de technique ou de patrons. L’auteur y explore plutôt les textures qui peuvent être créée à partir de points de tricot relativement simples. Elle propose de sublimes photographies montrant comment le tricot peut refléter et s’enrichir de divers motifs trouvés dans la nature.

On peut se faire une idée du livre, en visitant son site web, où l’auteur présente aussi un autre livre dans le même esprit, mais portant sur la broderie.

P1690068

Le livre est une invitation à développer notre regard quant aux textures qu’on peut obtenir avec le tricot en jouant avec la tension, les fils, les coloris, les structures. Chaque page est une véritable fête pour les yeux !

Mailles- Les mouvements du fil, Françoise Tellier-Loumagne, Édition Broché, 2003

La petite bibliothèque #8

 

Vous n’avez pas fini d’en découvrir chaque jour un peu plus sur le textile avec notre projet « tricote un sourire »,  et on a la chance  d’habiter dans une région où le textile a eu une place très importante ! Aujourd’hui c’est à Elbeuf qu’on vous emmène découvrir ses emblématiques métiers à tisser !

P1690086

La « ville aux cent cheminées », telle qu’elle fut surnommée. D’Arthur Young à Thomas Corneille, de célèbres voyageurs du XVIIIe au XXe siècle ont raconté leur passage à Elbeuf. Partageant leurs impressions lorsqu’ils découvrent le paysage naturel et urbain par la route, le chemin de fer ou le fleuve. Ils témoignent aussi des modes de vie et de l’organisation sociale d’une cité ouvrière sous le contrôle des fabricants drapiers.

 

P1690087

À travers la réalisation de cet ouvrage, Pierre Largesse nous raconte la vie des Elbeuviens, du temps où l’industrie drapière était la principale activité économique de la ville. Découvrez l’histoire de la ville, la vie au quotidien à l’époque où l‘activité était encore en plein essor, et évidemment les mythiques fabriques.

Président de la Société d’Histoire d’Elbeuf et Vice-président de l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Seine-Maritime, Pierre Largesse a écrit de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire d’Elbeuf (Histoire de la distribution d’électricité à Elbeuf, Elbeuf: Des événements et des hommes, La Chambre et la fabrique: histoire de la Chambre de commerce d’Elbeuf de 1861 à 1914).

Elbeuf-Cité Drapière, Pierre Largesse, Édition Alan Sutton,2005

La petite bibliothèque #7

La dentelle est la spécialité d’Alençon, qui se situe au sud du département de l’Orne, dans la région Basse-Normandie. Elle y a donc son propre musée, et comme le textile est à l’honneur dans le cadre de notre projet « Tricote un sourire » on a décidé de vous proposer une petite lecture très sympathique !

L’artiste plasticienne Annie Bascoul, revisite les collections du musée des Beaux-arts et de la Dentelle et donne sa propre interprétation des compositions en « point d’Alençon » faites de volutes, de fleurs et de bouquets. Elle nous propose une promenade dans un jardin extraordinaire où la dentelle, créée à partir du jeu entre un fil et une aiguille, se prête particulièrement aux jeux de transparence, d’ombre et de lumière.

P1690071

Le point d’Alençon, dont le secret fut longtemps gardé, est une dentelle à l’aiguille caractérisée par sa beauté et son inspiration florale. Au XVIIe siècle, la dentelle au point d’Alençon est sacrée « reine de la dentelle ». Son perfectionnement technique et son rendu délicat séduisent les cours d’Europe et plus particulièrement celle de Versailles.

P1690072

Dans une de ses installations, Annie Bascoul s’inspire de la collection du musée avec la création d’un grand moucharabieh (grillage en bois), L’œuvre reprend le processus de création de la dentelle à l’aiguille, mais à une échelle monumentale, puisque cette œuvre mesure trois mètres de long pour six mètres de large. Le visiteur est invité à entrer dans la dentelle au fur et à mesure qu’il se déplace autour et qu’il le traverse !

Dentelle au jardin, Annie Bascoul, Éditions Musée des beaux-arts et de la dentelle d’Alençon, 2011

Revenir en haut de la page

La petite bibliothèque #4

Avis à toutes les tricoteuses de notre projet, ou d’ailleurs, ne voulez-vous pas vous perfectionner pour devenir des supers tricoteuses ? Pour cela, on vous a déniché un petit livre qui risque de vous donner pour le coup beaucoup de fil à retordre !

P1690069

Que vous soyez débutante ou déjà experte en la matière , ce petit dictionnaire du tricot du Karen Hemingway vous fait découvrir 300 points de tricot, avec pour chacun, un échantillon tricoté photographié, accompagné des conseils techniques pour commencer, ou finir un ouvrage, faire une lisière, des finitions, etc.

Cet ouvrage est bien plus qu’un catalogue de points et d’explications.

Toutes les techniques du tricot, loisir créatif de tout premier plan, sont analysées, expliquées et mises en valeur.
Vous y trouverez également des chapitres relatifs aux différents fils, aux finitions et au montage, ainsi qu’à l’entretien des lainages.

Grâce aux petits schémas et explications, le tricot deviendra un vrai jeu de pistes !

P1690070

De plus, un glossaire et un index très détaillés vous aiderons à connaître les termes exactes du tricot et enrichir un peu votre vocabulaire textile !

Pour celles ou ceux qui aiment vraiment le tricot, cela vous donnera la possibilité « d’aller encore plus loin » dans la réalisation d’ouvrages originaux et bien conçus.

A vos aiguilles !

Le Tricot en 300 points , méthodes et applications, Karen Hemingway, Édition Marabout, 2006

 


 

 

 

 

Festival du lin en Normandie

Depuis le temps qu’on nous parle de ce festival, cette année, nous avons sauté le pas et pris notre vendredi après-midi pour aller découvrir les trésors de cet événement !

P1700069  P1700075

La première étape, Fontaine-le-Dun avec le gros marché de lin. Des stands de tissus, créateurs et bonnes idées autour de la fibre normande. Des brocanteurs, des vendeurs de fils en tout genre… un mélange entre la cave d’ali baba et un petit coin de paradis !

Sur ce salon, nous étions un peu intéressées puisque nous sommes parties à la recherche de coupons de lin et de coton pour doubler nos oeuvres géantes ! De bons contacts et quelques cadeaux par certains commerçants ! Chouette !

Comme on dit « ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières », chaque coupon et chaque mètre de tissu permet de finaliser notre projet !

(D’ailleurs, nous ferons bientôt un petit article sur le tissu et notre appel aux couturières !)

Enfin, une fois notre petit marché réalisé, une petite pause sucrée et place aux expositions !

Le festival est réparti dans différents villages, l’occasion de découvrir, ou redécouvrir, ce petit coin de Normandie vraiment « mignonnet » ! De petites maisons, des chapelles, de la verdure et du lin sous toutes ses formes !

Capture d’écran 2016-07-01 à 22.45.09

C’est parti !

Étape n°1 : Saint-pierre-le-viger / Le Lin, Matière D’œuvres (Pays invité : La Lituanie)

P1700082 P1700096 P1700100  P1700116

P1700109

Étape n°2 : Saint-pierre-le-viger / Féerie de Fils de Véronique Zimmermann

P1700129

P1700135 P1700136  P1700160 P1700143           P1700147 P1700154

P1700140

P1700180 P1700176

Dentelle à l’aiguille, les petites mains en action…impressionnant et passionnant !

P1700170 P1700173 P1700166 P1700168

Petite balade entre deux expositions…

P1700128

Étape n°3 : La gaillarde / Lin et L’autre de Emmanuelle Dupont et Émilie Chaix

P1700225 P1700223

P1700186

P1700193

P1700196 P1700209                        P1700211 P1700217

Coup de coeur pour le travail d’Emmanuelle Dupont et le lien entre l’univers du fil et du végétal, avec parfois le mélange de fibres à des morceaux d’insectes… A suivre !

Étape n°4 : Saint pierre le vieux / Fossiles contemporains de travaux d’aiguilles de Chantal Verdier-Sabie

P1700362

P1700226 P1700242 P1700239

P1700232

et Ultralin des robes d’exception réalisées par les adhérents couturiers créateurs et artisans d’art par la Fédération Française de la création couture sur-mesure

P1700267  P1700349 P1700337 P1700324

P1700332  P1700322          P1700319 P1700315 P1700312 P1700308 P1700295 P1700292 P1700285 P1700283      P1700278 P1700270

Étape n°5 : Le bourg-dun / SongeS d’orient de Catherine Bihl

P1700364 P1700368

Étape n°6 : Chapelle de Blainville / Une robe haute perchée
sur une meule de foin de Diana Brennan

P1700495 P1700482

P1700490

P1700480

P1700376 P1700457 P1700452 P1700449 P1700441 P1700436 P1700432 P1700430 P1700424 P1700414 P1700410 P1700408               P1700406 P1700383                        P1700390   P1700386

Retour à Rouen !!!

P1700127

Une super journée avec de nombreuses rencontres !!! 🙂

Merci à tous !

Pour plus d’infos : http://www.festivaldulin.org/