La petite bibliothèque #13

Pour continuer à parler textiles mais pour innover quand même,nous vous faisons découvrir ces étoffes belles et raffinées,ces étoffes qui doivent leur nom du fait qu’elles étaient initialement importées des comptoirs des Indes ; les Indiennes de Bolbec

P1690088

Ces toiles peintes,Indiennes ou Perses, répondant aux nom de madras, pékin, gougourans, damas ou cirsacs étaient strictement interdites à l’importation à partir du XXIIe siècle.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, Bolbec fut l’un des centres les plus importants de France pour la production d’indiennes, toiles de coton imprimées utilisées à l’époque dans l’habillement ou l’ameublement. Les motifs imprimés sur ces tissus sont innombrables et variés, souvent dans les tons rouges

P1690089

De page en page,de magnifiques toiles réalisées avec une technique parfaite  et un savoir-faire  unique sont présentées

Splendeur Des Indiennes Bolbecaises, Alain Avenel-Raymond Bernard, Édition Ville de Bolbec, 1996

Publicités

La petite bibliothèque#12

Et si on retombait un peu en enfance avec notre petite bibliothèque ? Voici un livre qui devrait plaire à la fois aux petits et aux grands : La laine magique de Molosse. Ou comment parler tricot même pendant l’histoire du soir !

 

98c479ba5587419d57f821bce952073e

Molosse est un chien un peu grognon. Il s’est pourtant levé de bonne humeur ce matin, mais voilà, il est comme ça : il pense plutôt que, quand ça commence bien, ça finit souvent mal. Et, pour ne pas prendre de risque, mieux vaut rester à la maison… mais il s’ennuie vite ! Heureusement, sa compagne la Fée Porcine lui a laissé des aiguilles « automatiques » et une pelote magique de laine sans fin. Avec le tricot, Molosse va-t-il à nouveau voir la vie en rose ?

Un bel album poétique pour évoquer avec les enfants la laine,le tricot, le yarn bombing (Molosse adore recouvrir la table, les arbres, et même sa maison de tricot !) et, peut-être, démarrer l’apprentissage du tricot et des pompons !

Une drôle d’histoire qui nous rappelle un peu celle de « Nina et la pelote magique » que nous sommes en train de tricoter pour le festival Renaissance(S) à Bar-Le-Duc… Venez la découvrir du 30 Juin au 2 Juillet !

La laine magique de Molosse, Sebastian Meschenmoser, Minedition, 2011. 

La petite bibliothèque #11

 

Envie de découvrir une nouvelle façon d’aborder l’art, cette fois avec des couleurs, des formes, des idées, messages, réalisations totalement différentes de ce que vous avez l’habitude de voir ?

Ce livre est fait pour vous !

P1690073

Jérome Catz retrace l’histoire du Street Art de son apparition à New-York, au début des années 70 jusqu’à ces multiples évolutions à l’heure actuelle.

Qu’est-ce que le Street Art ? Qui sont les artistes ? Où se trouve la frontière entre le Street Art et « l’art traditionnel » ? Quelle politique est mise en place autour de l’art dans la rue ? Il répond à toutes ces questions par le biais d’expériences personnelles, de témoignages d’artistes ou simplement avec des illustrations ou des installations.

P1690074

Jérome Catz est un commissaire d’exposition indépendant français. Il est aussi le fondateur et le directeur des espaces d’art Spacejunk, et a réalisé plusieurs expostions parmi lesquelles :  Art on Foam , Les Enfants Terribles, Bring me the Street ou encore #StreetArt .

 Street Art-mode d’emploi, Jérôme Catz,  Éditions Flammarion

 

 

La petite bibliothèque #10

IMG_0955

Pas d’idées pour notre défi des fleurs ? Pas de problème, nous avons la solution ! Ce livre vous présente 100 fleurs à réaliser au tricot et au crochet. Rose, marguerite, pensée, camélia… Il y en a pour tous les goûts !

Ce livre est séparé entre la collection des fleurs et les explications, classées par technique (tricot ou crochet) et par difficulté. Un peu technique pour certains modèles… Mais avec de la concentration et un peu de temps devant soi, vous devriez vous en sortir sans problème !

Voilà de quoi faire le plein d’inspiration pour le défi des fleurs dans le cadre du festival du Lin et de la fibre artistique… une belle façon de fleurir le jardin de Monet ! Vous pouvez nous envoyer vos fleurs à l’association jusqu’au 30 Juin.

Bonne lecture !

100 fleurs au tricot et au crochet, Lesley Stanfield, Edition Fleurus, 2011. 

La petite bibliothèque #9

 

Maintenant que l’on vous a fait découvrir un ouvrage avec 300 points de tricot, on passe aux mailles ! Car oui, si l’on veut faire preuve d’originalité avec un carré pas comme les autres pour le projet « tricote un sourire » il faut tout de même maîtriser quelques techniques !

 

P1690067

Dans cet ouvrage, Il ne s’agit pas d’un livre de technique ou de patrons. L’auteur y explore plutôt les textures qui peuvent être créée à partir de points de tricot relativement simples. Elle propose de sublimes photographies montrant comment le tricot peut refléter et s’enrichir de divers motifs trouvés dans la nature.

On peut se faire une idée du livre, en visitant son site web, où l’auteur présente aussi un autre livre dans le même esprit, mais portant sur la broderie.

P1690068

Le livre est une invitation à développer notre regard quant aux textures qu’on peut obtenir avec le tricot en jouant avec la tension, les fils, les coloris, les structures. Chaque page est une véritable fête pour les yeux !

Mailles- Les mouvements du fil, Françoise Tellier-Loumagne, Édition Broché, 2003

La petite bibliothèque #8

 

Vous n’avez pas fini d’en découvrir chaque jour un peu plus sur le textile avec notre projet « tricote un sourire »,  et on a la chance  d’habiter dans une région où le textile a eu une place très importante ! Aujourd’hui c’est à Elbeuf qu’on vous emmène découvrir ses emblématiques métiers à tisser !

P1690086

La « ville aux cent cheminées », telle qu’elle fut surnommée. D’Arthur Young à Thomas Corneille, de célèbres voyageurs du XVIIIe au XXe siècle ont raconté leur passage à Elbeuf. Partageant leurs impressions lorsqu’ils découvrent le paysage naturel et urbain par la route, le chemin de fer ou le fleuve. Ils témoignent aussi des modes de vie et de l’organisation sociale d’une cité ouvrière sous le contrôle des fabricants drapiers.

 

P1690087

À travers la réalisation de cet ouvrage, Pierre Largesse nous raconte la vie des Elbeuviens, du temps où l’industrie drapière était la principale activité économique de la ville. Découvrez l’histoire de la ville, la vie au quotidien à l’époque où l‘activité était encore en plein essor, et évidemment les mythiques fabriques.

Président de la Société d’Histoire d’Elbeuf et Vice-président de l’Institut CGT d’Histoire Sociale de Seine-Maritime, Pierre Largesse a écrit de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire d’Elbeuf (Histoire de la distribution d’électricité à Elbeuf, Elbeuf: Des événements et des hommes, La Chambre et la fabrique: histoire de la Chambre de commerce d’Elbeuf de 1861 à 1914).

Elbeuf-Cité Drapière, Pierre Largesse, Édition Alan Sutton,2005

La petite bibliothèque #7

La dentelle est la spécialité d’Alençon, qui se situe au sud du département de l’Orne, dans la région Basse-Normandie. Elle y a donc son propre musée, et comme le textile est à l’honneur dans le cadre de notre projet « Tricote un sourire » on a décidé de vous proposer une petite lecture très sympathique !

L’artiste plasticienne Annie Bascoul, revisite les collections du musée des Beaux-arts et de la Dentelle et donne sa propre interprétation des compositions en « point d’Alençon » faites de volutes, de fleurs et de bouquets. Elle nous propose une promenade dans un jardin extraordinaire où la dentelle, créée à partir du jeu entre un fil et une aiguille, se prête particulièrement aux jeux de transparence, d’ombre et de lumière.

P1690071

Le point d’Alençon, dont le secret fut longtemps gardé, est une dentelle à l’aiguille caractérisée par sa beauté et son inspiration florale. Au XVIIe siècle, la dentelle au point d’Alençon est sacrée « reine de la dentelle ». Son perfectionnement technique et son rendu délicat séduisent les cours d’Europe et plus particulièrement celle de Versailles.

P1690072

Dans une de ses installations, Annie Bascoul s’inspire de la collection du musée avec la création d’un grand moucharabieh (grillage en bois), L’œuvre reprend le processus de création de la dentelle à l’aiguille, mais à une échelle monumentale, puisque cette œuvre mesure trois mètres de long pour six mètres de large. Le visiteur est invité à entrer dans la dentelle au fur et à mesure qu’il se déplace autour et qu’il le traverse !

Dentelle au jardin, Annie Bascoul, Éditions Musée des beaux-arts et de la dentelle d’Alençon, 2011

Revenir en haut de la page